Top 12 des blogs virtu les plus influents : votez ! TopvBlog2017

Par défaut

Vous recherchez le top 12 des blogs les plus influents autour de la virtualisation… vous êtes au bon endroit !

Jusqu’au 30 juin, vous êtes tous invités à vous rendre sur le site d’Eric Siebert http://vsphere-land.com/ pour donner votre avis et votre vote concernant les meilleurs blogs dédiés à la virtualisation.

En 2016, MyVMworld.fr avait atteint la 217ème place. Pour un blog rédigé exclusivement en français, je vous avoue avoir été agréablement surpris… d’autant que nos journées sont indiscutablement trop courtes pour pouvoir publier avec plus de récurrence.

Si vous êtes curieux, prenez un peu de temps, jetez un oeil sur ces blogs et votez, mon classement 2017 en dépend ! Je compte sur vous tous qui me suivez et qui m’encouragez à poursuivre l’écriture de mes billets.

Fair-play, je ne saurais que trop vous recommander de vous intéresser aux blogs de mes confrères :

So, nominate your favorite virtualisation blog !

 

HELLFEST

Share This...Buffer this pageShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePin on PinterestShare on Facebook

Unity-Powershell : Les premiers pas vers l’automatisation

Par défaut

Interview d’Erwan Quelin : made in Nantes développe des scripts pour les baies UNITY Dell EMC.

Entretien avec Erwan Quélin sur le développement de ton module PowerShell

Basé sur Nantes, Erwan est depuis près de 6 ans Ingénieur Systèmes chez Cheops Technology. Ses interventions sont multiples et auprès de clients très diversifiés dans la région Ouest. Spécialisé dans la virtualisation autour des produits VMware et dans le stockage autour des gammes VNX, Unity et VPLEX de Dell EMC, Erwan est certifié VMware Certified Professional – Datacenter virtualization 4, 5 et 6 ainsi que EMC Implementation Engineer – VNX et Unity et vient d’intégrer le programme VMware vExpert et Dell EMC Elect pour l’année 2017.

Erwan, pourrais tu nous en dire un peu plus sur le développement de ce script ?

L’automatisation du système d’information est un sujet prépondérant qui ne s’inscrit pas uniquement au sein des GAFA. Dans le cadre de mes missions et de mes prestations  je cherche systématiquement à automatiser de façon optimum et permanente les tâches parfois répétitives mais nécessaires à la mise en place d’une baie de stockage ou d’une infrastructure de virtualisation. Cela génère un véritable gain de temps sur des tâches qui n’ont pas de valeur ajoutée pour mes clients (comme créer X LUN…) et me garantit également une cohérence dans mes déploiements en m’assurant par exemple que deux baies sont configurées strictement de manière identique.

Lorsque Dell EMC a mis sur le marché les baies Unity, je me suis rapidement intéressé au fait qu’elles disposaient d’API RESTFul qui permettait de les administrer via de simples requêtes http. Face à ce constat, je me suis lancé dans le développement d’un module PowerShell qui permettra d’administrer entièrement les baies EMC Unity en ligne de commande.

PowerShell

Tu nous donnes plus de détails sur ce module ?

Avant de rentrer dans les détails du module Unity-Powershell, il est peut-être nécessaire d’expliquer ce qu’est PowerShell et quel est son intérêt par rapport aux autres langages.

PowerShell est à la fois un langage de scripting basé sur .NET ainsi qu’une interface en ligne de commande. Il est développé par Microsoft et vient remplacer la vénérable console cmd.exe en proposant des commandes supplémentaires permettant de gérer tout type d’équipements compatibles.

PowerShell est bien évidemment principalement utilisé pour manager l’écosystème Microsoft (Windows Server, Exchange, Sharepoint…) mais certains éditeurs mettent à disposition des commandes supplémentaires sous la forme de modules pour administrer leur produit.

Une des extensions les plus connues est PowerCLI. Développée par VMware, elle permet d’administrer via des lignes de commandes PowerShell tout un ensemble de produits de l’éditeur (vSphere ESXi, vSphere vCenter,…). Il y a quelques mois, Microsoft a rendu le projet PowerShell Open Source et il l’a porté sur les systèmes d’exploitation Linux et Mac OS.

Que signifie alors cmdlet’s ?

Les commandes PowerShell sont appelées Commandlets. Lancées unitairement,  elles permettent d’exécuter une action précise, comme par exemple la commande Get-Service qui comme son nom l’indique permet d’afficher des informations concernant les services Windows.

Selon toi, en quoi Powershell se différencie de ses homologues  ?

Ce qui fait la puissance et la simplicité d’utilisation de Powershell c’est la notion d’objet et de pipeline. La commande Get-Service n’a pas simplement affiché du texte mais a généré un objet qui peut être manipulé (par exemple appliquer un filtre n’affichant que les services démarrés) ou bien envoyer vers une autre commande au travers d’un pipeline. La commande ci-dessous va permettre en une ligne  de redémarrer le service DnsCache :

> Get-Service -Name DnsCache | Restart-Service

En y ajoutant un peu de logique avec des If et autres boucles, il est alors possible de développer des scripts  puissants qui permettront d’administrer beaucoup plus simplement un système.

Unity-Powershell

A quoi sert alors précisément ton script ?

Le module Unity-Powershell a été développé en s’appuyant sur les mêmes mécanismes. Il va permettre aux administrateurs de récupérer des informations sur une ou plusieurs baies Unity et de les configurer. Là où la création d’un LUN nécessiterait plus d’une dizaine de clics, le module permet de réaliser la même opération en une seule ligne de commande et de manière consistante pour chaque LUN créé.

Le module peut être utilisé sur n’importe quel poste de travail ou serveur Windows à partir du moment ou Powershell 5 est disponible. Il est possible (et recommandé) de télécharger le module puis de l’activer avec les lignes de commande suivantes :

https://www.powershellgallery.com/packages/Unity-Powershell/0.14.1

> Install-Module -Name Unity-Powershell -Scope CurrentUser
> Import-Module -Name Unity-Powershell

Une fois le module disponible, on peut lister les nouvelles commandes qu’il apporte :

En cas de doute, une aide est disponible pour chaque commande :

> Get-Help -Name Get-UnityPool

Maintenant que l’on a fait un premier tour du propriétaire, rentrons dans le vif du sujet et connectons nous à une baie Unity. Il va vous falloir connaitre son FQDN ou son adresse IP ainsi qu’un utilisateur et un mot de passe.

> connect-Unity -Server unity01.okcomputer.lab

Si tout se passe bien, la commande va vous afficher des informations concernant la baie sur laquelle vous vous êtes connecté comme par exemple son nom et le modèle. Essayons maintenant de récupérer des informations concernant les storage pools. Les commandes permettant d’interroger une baie commence toutes par GET. Assez logiquement on pourra lister les pools avec la commande suivante :

 > Get-UnityPool

Il est possible de limiter notre recherche à un pool spécifique

Avec ces commandes, on voit apparaître un élément important du fonctionnement des baies Unity :  les ID. Chaque élément est référencé non pas par un nom mais par un ID unique. Par conséquent, cette référence est utilisée par pratiquement toutes les commandes du module.

Si vous voulez par exemple ajouter une description au premier pool, il faudra renseigner la commande Set-UnityPool avec son ID ‘pool_1’ :

> Set-UnityPool -ID ‘pool_1’ -Description ‘Pool avec FastVP active’

On a vu qu’avec un peu de pratique, les commandes étaient relativement simples à utiliser et qu’elles pouvaient remplacer avantageusement l’interface graphique. Le fait que le module soit développé en Powershell va vous donner la possibilité de l’intégrer au sein de scripts qui permettront par exemple de créer plusieurs LUN d’un coup, puis d’automatiquement les présenter aux serveurs concernés, on pourrait aussi imaginer développer un programme qui augmenterait automatiquement la taille d’un LUN en fonction de critères que vous auriez définis.

En utilisant d’autres modules Powershell existants comme par exemple Pester (https://github.com/pester/Pester), il est possible de définir un framework de test que vous utiliserez pour vous assurer que vos baies Unity sont toujours configurées suivant un référentiel préétabli.

Il serait difficile de décrire tous les cas d’usages possibles tant les possibilités sont grandes.

J’espère que cet article vous aura permis de voir l’intérêt d’utiliser le module Unity-Powershell pour administrer vos baies Unity et qu’il vous aura donné envie d’aller plus loin avec. Le module est toujours en développement et est ouvert à toutes les contributions, si vous vous sentez l’envie d’écrire du code et de la documentation, signaler un bug ou tout simplement donner votre avis sur le module.

N’hésitez pas à contacter Erwan sur Twitter:

ou sur GitHub: https://github.com/equelin

Adresse du projet Unity-Powershell: https://github.com/equelin/Unity-Powershell

Documentation : http://unity-powershell.readthedocs.io/en/latest/?badge=latest

Pour suivre Erwan et pour plus d’informations sur son parcours et ses compétences :

Voir mon profil LinkedIn Erwan Quelin Voir le profil d’Erwan Quelin

Share This...Buffer this pageShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePin on PinterestShare on Facebook

vExpert 2017

Par défaut

vExpert 2017

La liste des vExpert 2017 vient d’être publiée ce mardi 08 février 2017. Le programme vExpert s’adresse aux personnes ayant contribué de manière significative à la communauté des utilisateurs VMware. Le principe : les candidats au programme vExpert doivent s’engager à partager leur passion et leurs connaissances pour la technologie VMware et pour son écosystème.

2017 :  le programme rassemble aujourd’hui plus de 1500 membres ! Dont une petite trentaine de « frenchy ».

Merci à Corey Romero et à son équipe pour cette fabuleuse communauté qui foisonne d’échanges et qui enrichit chacun d’entre-nous.

Félicitation à tous les nouveaux vExpert, et spécialement à Erwan, un Nantais de plus affiché sur cette liste !


Pour ma part, je suis toujours honoré de faire parti de cette communauté et de contribuer le plus significativement possible. J’espère perdurer dans cette voie et vous proposer à tous, des contenus toujours plus pertinents et en phase avec les mouvances actuelles.

Retrouvez la liste des vExpert 2017.

Share This...Buffer this pageShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePin on PinterestShare on Facebook

VMworld 2016 – Day 2

Par défaut

DIGITAL WORKSPACE, END USER MOBILITY, CLOUD AND INTERNET OF THINGS (IOT)

General Session VMworld 2016 – Day 2

Suite à la Keynote de Pat Gelsinger lors de ma 1ère journée au Vmworld, les échanges se sont orientés autour de la transformation numérique et la manière dont la stratégie Cloud de VMware permettra aux clients de l’entreprise de répondre à ce nouveau challenge. Sanjay Poonen, vice-président exécutif et directeur général, End-User Computing, a quant à lui développé plus en détail ce thème lors de cette 2ème General Session, avec VMware le « Tout Cloud » :

Any Cloud, Any App, Any Device

VMware Workspace ONE

VMware veut donner à ses utilisateurs de la simplicité et de la qualité à travers tous ses produits et ce pour offrir un espace de travail numérique de nouvelle génération.

VMware a ainsi annoncé la mise en œuvre d’une nouvelle approche de gestion unifiée des terminaux pour gérer Windows 10, ainsi que des améliorations pour VMware Horizon et VMware Workspace ONE avec VMware Identity Manager.

VMware Workspace ONE combine l’identité et la gestion de la mobilité pour fournir un accès sans compromis et sécurisé à toutes les applications et les données de l’utilisateur, afin de pouvoir travailler, de n’importe où, à tout moment et quel que soit le terminal choisi. Workspace ONE est le pont reliant les applications traditionnelles et les premières applications mobiles de type Cloud, en offrant aux utilisateurs finaux un moyen simple d’accéder aux outils de productivité des entreprises.

AirWatch® Container Management offre une séparation complète des données personnelles et professionnelles sur les appareils, sécurise les ressources de l’entreprise et préserve la vie privée des employés. AirWatch permet aux entreprises de standardiser les stratégies de sécurité des entreprises et de prévenir d’éventuelles pertes de données à travers les appareils mobiles et ce grâce à son approche flexible de la conteneurisation.

 Solutions Exchange

Sur le site du VMworld se trouve cet immense espace dédié aux fournisseurs de l’écosystème. Plus d’une centaine s’y sont réunis. La taille des stands varie selon le niveau de sponsoring (Diamond, Platinium, Gold, Silver, Exhibitor…).

L’occasion ici de rencontrer et de découvrir de nouvelles solutions. Retrouvez ainsi ci-dessous quelques courtes interviews que j’ai pu réaliser lors de mon passage au Solutions Exchange.

  • Le premier témoignage : Emmanuel Bernard – vSpecialist chez Dell EMC nous détaille les principaux avantages de la solution HyperConvergente VxRail Dell EMC VMware.

  • Oliver Bernard nous dévoile ici toute la plus value de la solution Turbonomic au sein de nos systèmes informatique :

  • Première présence de Kaminario sur le salon, Mike Uzan présente la première solution Software-Defined Architecture :

  • Pour terminer, le témoignage de Lionel Meoni et la présentation de Rubrik ,une solution Cloud Data Management :

 

Share This...Buffer this pageShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePin on PinterestShare on Facebook

My Blogger Pass VMworld 2016

Par défaut

VMworld 2016

My blogger pass !mypass_myvmworld2016

Cinq années de participation au VMworld en tant que partenaire mais un tout nouveau statut pour cette édition 2016 !

Me voilà aujourd’hui présent en tant que blogger, et ce avec un oeil toujours plus aiguisé et un enthousiasme sans faille.

myvmworld2016

Je tiens donc à remercier la communauté vExpert pour cette reconnaissance.

Cette édition regroupant une délégation de plus de 700 français est une occasion unique pour faire ou re faire connaissance ( petit clin d’oeil à Erwan de chez Cheops, Guillaume & Julien de ComputaCenter ), retrouver avec plaisir le team de chez SCC et surtout belle nouveauté, rencontrer sous un angle différent mes homologues bloggers (nouveau petit clin d’oeil pour Cédric et la pertinence de son contenu : vblog.io), et enfin de faire connaissance avec mes nouveaux collègues Dell EMC (Ilann, Emmanuel et Victor).

 

Share This...Buffer this pageShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePin on PinterestShare on Facebook

VMworld 2016 : the place to be !

Par défaut

vmworld2016_myvmworld

J-4 : VMworld 2016

Si vous suivez les flux des réseaux sociaux (Twitter, Linkedln,…) ou lisez les prévisions des analystes, le Cloud public semble sans aucun doute être la tendance du moment et prendre le pas sur le DataCenter.

cloud-computing-trends-2016-public-yoy

A nouveau, on pourrait se questionner sur le pourquoi de ma participation au VMworld pour la 6ème année consécutive ?

Ma première réponse est limpide : le Cloud public ne prend pas l’ascendant sur le DataCenter classique, du moins pas sur tous les DataCenters. Mes diverses expériences m’ont permis d’interviewer un bon nombre de clients (CAC 40 et service public) et de constater que tous n’avaient pas la maturité suffisante pour migrer vers le Cloud Public.

Notons ensuite que le VMworld reste indiscutablement le point central de ralliement de l’écosystème de l’infrastructure informatique. vSphere étant toujours le moteur du Datacenter pour de nombreux clients.

En complément des informations diffusées par les sociétés traditionnelles de matériel et de logiciels, VMworld demeure le lieu ou il faut être pour entendre parler concrètement d’infrastructure hybride. Je suis en effet convaincu que le Cloud public et l’infrastructure privée coexisteront pour la majorité des grandes entreprises. En effet, même les entreprises qui se dirigent vers le Cloud public exigent aujourd’hui une méthode de transition et une mise à disposition d’une infrastructure hybride.

Dans l’offre du Cloud public, de nombreux architectes et responsables informatique se questionnent sur la mise en oeuvre du réseau et des règles de sécurité. Google Compute, AWS et Azure utilisent tous des abstractions de réseau et des approches de sécurité différentes. Alors comment opérer son choix ?

  • NSX semble offrir une solution à ce défi où la gestion parait très complexe. En effet, NSX va permettre de transporter les conceptions de réseau existantes dans le Cloud public.

Les 10 bonnes raisons de venir au VMworld 2016 à Barcelone :

vmworld-2016-europe-top-10-reasons-to-attend

Le VMworld c’est plus de :

  • 300 sessions techniques et discussions
  • Hands-On Lab en compagnie d’Experts VMware
  • + de 130 sponsors
  • + de 50 groupes de discussion
  • des offres spéciales pour passer les certifications
  • du networking, …

VMworld est donc « The place to be » !

Pas seulement pour entendre les messages de VMware, mais aussi pour appréhender la façon de démarrer et de gérer des infrastructures hybrides provenant d’autres fournisseurs. C’est aussi l’occasion de découvrir de nouveaux acteurs au Solution Exchange, de retrouver des partenaires, des clients, des amis et de vieilles connaissances…

VMworld2015_myvmworld03 Eschenbach_Noham_Myvmworld vmworld2014_1Day2

VMworld 2016 Europe Mobile App

Depuis le 11 octobre, il est possible de télécharger l’application mobile (iOS & Android) « VMworld EUROPE 2016 », vous pourrez suivre en direct le VMworld et retrouver votre agenda personnel, évaluer la qualité des sesions, des informations sur les sessions…

mobile vmworld2016 moble vmworld

Remerciement au programme vExpert

vexpert

Par le biais de ce post, je souhaite également remercier le programme vExpert qui m’a donné cette année, une possibilité supplémentaire de pouvoir assister au VMworld et ainsi de relayer avec toujours autant d’enthousiasme cette 9ème édition européenne pour la communauté francophone.

:  Thanks for your support Corey


Retrouvez ci-dessous la liste des bloggers officiels du VMworld 2016, dont 3 frenchies : Cédric pour vblog.io  Vladan pour vladan.fr  et myvmworld.fr

Abdullah Abdullah http://notes.doodzzz.net
Alastair Cooke http://demitasse.co.nz/
Amit Panchal http://apanchal.com
Andrea Mauro http://vinfrastructure.it
Ather Beg http://atherbeg.com
Benjamin Torch http://virtualb.eu
Cedric Quillévéré http://vblog.io
Chris Bradshaw http://isjw.uk
Daniel Romero Sanchez http://dbigcloud.com
Ivo Beerens http://ivobeerens.nl
Jorge DelaCruz http://jorgedelacruz.es
Jose Manuel Hernandez http://josemhernandez.com
Jose Maria Gonzalez http://josemariagonzalez.es
Karel Novak http://rsts11.com
Kim Bottu http://virtual-kim.com
Kim Bottu http://vmusketeers.com
Leandro Ariel Leonhardt http://blogvmware.com
Lino Telera http://blog.linoproject.net/
Magnus Andersson http://vcdx56.com
Manfred Hofer http://vbrain.info
Manlio Frizzi http://virtualaleph.blogspot.com
Manny Sidhu http://virtual10.com
Marco Broeken http://vclouds.nl
Mark Brookfield http://virtualhobbit.com
Massimiliano Mortillaro http://kamshin.com
Mohamed Roushdy http://arabitnetwork.wordpress.com
Noham Medyouni http://myvmworld.fr
Ranjit Singh Thakurratan http://rjapproves.com
Robert Verde http://cloudfix.nl
Roy Mikes http://mikes.eu
Russell O’Connor http://virtualizationgains.com
Vladan Seget http://vladan.fr
Xavier Caballé Noguera http://pantallazos.es
Xavier Genestós http://sysadmit.com

Retrouvez les Breakout Sessions des éditions précédentes disponibles sans inscription :

vmworld-breakout-sessions_myvmworld

 


 

Share This...Buffer this pageShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePin on PinterestShare on Facebook

VMworld 2015 Barcelona- Ready For Any

Par défaut

Feedback autour du VMworld Europe 2015 : Ready for ANY !

Le VMworld 2015 s’est tenu tout récemment, du 12 au 15 octobre dernier et traditionnellement à Barcelone pour l’édition européenne. Dans une atmosphère toujours aussi décontractée et avec une logistique à la pointe, cet événement a proposé plus de 250 sessions, plus de 30 000 VMs ont été crées au Hands-On-Lab, et a réuni plus de 135 sponsors et 10 000 visiteurs dont une délégation française qui représentait à elle seule près de 500 professionnels.

myvmworld2015 - 1Révélation phare de cette édition : le rachat d’EMC par Dell pour un montant de 67 Milliards de dollars. L’éditeur californien a aussi fait état des nouveautés sur les offres vCloud NFV (virtualisation des fonctions réseaux), vCloud Air (Cloud public) et vRealize (software-defined data center); et a axé ses conférences sur la virtualisation de l’environnement utilisateur (VDI) et sur celle du réseau, avec notamment des éléments à souligner concernant les évolutions de l’offre NSX.

Introduction de l’évènement

Edition européenne oblige, la General Session a été introduite par Jean ­Pierre Brulard, vice-président senior et nommé en août dernier directeur général pour la zone EMEA avec pour ligne directrice : “Ready For Any”.

VMworld2015_myvmworld04Carl Eschenbach, président et COO de VMware, a ensuite pris la parole en faisant le focus sur la stratégie One Cloud, Any Application, Any Device. Par le biais d’une courte vidéo faisant témoigner Michael Dell, il est venu confirmer le rachat d’EMC. Via ce canal de communication, Michael Dell a ainsi témoigné de son enthousiasme concernant cette acquisition et du potentiel à devenir. Il a aussi souhaité rassurer les partenaires et clients sur l’autonomie que devrait conserver VMware et sa force d’innovation.vmworld2015_myvmworld08

Tous les interlocuteurs de cette édition on mis l’accent sur la création d’application Native Cloud, c’est à dire apporter aux entreprises les bénéfices d’une plateforme Cloud hybride unifiée avec des solutions pour gérer l’ensemble de ses environnements Cloud (privés, publics et hybrides) pour tout type d’applications (existantes ou natives Cloud) à partir de n’importe quel terminal.

Enzo Project

Lire la suite

Share This...Buffer this pageShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePin on PinterestShare on Facebook

Hyper-Convergence – le nouveau visage du Datacenter

Par défaut

L’hyper-convergence : un buzz ? un phénomène de mode ?

L’hyper-convergence est-elle en train de modifier le paysage de nos Data centers et de nos salles informatique ? Intéressons nous à une technologie qui n’a pas fini de faire parler d’elle …BuzzMeter

Mais c’est quoi l’Hyper-convergence ?

L’Hyper-convergence est une architecture basée sur le logiciel qui s’intègre étroitement avec les ressources de calcul, de stockage, de réseau et de virtualisation. Le tout, embarqué dans une boîte, c’est le « All-In-One« . L’Hyper-convergence est donc un nouveau modèle d’infrastructure.

Mais pourquoi en sommes-nous venus à ce modèle ?

Back_to_the_Future.svgPetit retour en arrière… Souvenez-vous de « 1980 » c’était la période de la première démonstration du NAS (serveur de stockage en réseau). Puis, dans les années « 90 », est apparu le SAN (Storage Area Network). Cette technologie avait pour objectif de répondre aux problèmes d’évolution de la volumétrie des données et des performances. Cette architecture était basée sur la constitution d’un réseau performant dédié aux entrées/sorties avec des périphériques de stockage. Ce réseau était totalement indépendant du réseau classique.

Le SAN avait donc été créé pour offrir de la rapidité et du volume de stockage à notre système d’information qui, à l’époque, était construit sur des mainframes. En « 1989 », est apparu dans nos salles informatiques (salle blanche pour reprendre les termes de l’époque) des serveurs x86 (SystemPro). C’est à partir de ce moment que les serveurs x86 ont pris une place prépondérante dans notre SI. Serveurs ayant également eu besoin de volumétrie et de performance et sur lesquels ont donc été greffé le même stockage de type SAN que pour nos mainframes.

Très vite il a été constaté qu’un serveur sur six serait inutilisé dans le monde et dans certains Datacenters. L’utilisation des serveurs atteindrait péniblement 5 à 15 % de leur ressource de calcul et de mémoire. Ainsi, 85 à 95 % des ressources système étaient inexploitées et les salles des serveurs encombrées de machines sous-exploitées.

McKinsey_report

Source: McKinsey analysis: Utilization measurement tool

En conclusion, un datacenter est aujourd’hui utilisé à 56% de son potentiel selon une étude McKinsey et Uptime (Corporate Average Data Efficiency CADE).

Partant de ce postulat, la virtualisation s’est avérée une technologie incontournable et est devenue la pierre angulaire du SI.

infrastructure classique

Lorsque les projets de virtualisation sont apparus, il a fallu construire des architectures virtuelles reposant sur des serveurs x86 et du stockage, hérité de notre patrimoine SI, à savoir du SAN et/ou du NAS.

Les projets d’aujourd’hui ne cessent de prendre de l’ampleur et des objectifs à atteindre de plus en plus ambitieux, à savoir  :

  • réduire et maîtriser les coûts d’acquisition (CAPEX),
  • améliorer et optimiser la gestion de ces environnements (OPEX),
  • réduire le time-to-market,
  • être plus agile, plus souple face aux demandes du métier.

Comme évoqué dans un précédent article, le SDDC (Software-Defined Data Center) est là pour répondre à ces nouveaux enjeux et satisfaire les équipes d’infrastructure.

Afin de faciliter la mise en oeuvre du Data Center piloté par le logiciel, est apparu un nouveau modèle : l’HyperConvergence (HCIS).

L’origine de l’HyperConvergence

L’idée de reproduire ce que font certains acteurs du web tel que GAFA (Google-Amazon-Facebook-Apple) paraît et semble une nouvelle voie d’architecture pour nos data center.

GAFA-myvmworld

Tous ces acteurs ont été confrontés très rapidement, au vu de leur évolution, à des problématiques d’infrastructure et d’architecture dans un Data Center traditionnel. Dans un Data Center traditionnel, le modèle de fonctionnement est en effet basé sur une infrastructure serveur, baie de stockage partagée, réseau SAN.

Cette architecture semblait donc peu compatible avec le modèle de ces géants du web ou les besoins sont exponentiels en terme de volumétrie de stockage.

size_myvmworld

Les architectures traditionnelles nécessitent d’être « sizées », « désignées » par rapport à un besoin précis, définit dans le temps. Très souvent, elles sont taillées sur trois, voir cinq ans en prenant en compte le besoin à l’instant « t » et en se projetant sur cette période. Au moment du renouvellement de leur maintenance un choix doit être opéré vers un nouveau modèle plus novateur et donc un changement de gamme.

L’inconvénient dans cette approche c’est qu’elle ne peut pas s’appliquer à ces mastodontes du web car leur nombre d’utilisateur croit de façon exponentielle.

Inconcevable financièrement et du point de vu de son administration ! Les équipes auraient du passer un temps trop important à re-configurer le Data Center afin de supporter la montée en charge des utilisateurs.

Les acteurs du web vont alors inventer une nouvelle façon de fonctionner. Ils vont capitaliser sur leur savoir faire : le développement. Le hardware n’étant pas leur métier de prédilection, ils vont créer un équipement matériel le plus basic qui soit; CPU, MEM, stockage qui seront identiques les uns aux autres. Le but : multiplier ces configurations pour augmenter la puissance de calcul et la capacité de stockage simultanément.

Chacun de ces serveurs est ainsi conscient de l’existence de ces voisins afin qu’ils puissent se protéger conjointement.

Pour fédérer l’ensemble de ces serveurs, va être rajouter une couche de logiciel. Cette couche intelligente basée sur le logiciel va tout simplement « clusteriser » les serveurs, les rendre conscients de l’existence de leur voisin. A chaque fois qu’une donnée sera écrite quelque part, elle sera protégée sur le reste du Cluster.

HCIS_SDS_Myvmworld

Cette façon de penser « architecture du Data Center » souvent nommée « web-scale IT » répond ainsi aux problématiques de mise à l’échelle SCALE-OUT. Grâce à cette innovation technologique, nous pouvons étendre un Cluster à l’infini sans jamais être confronté à des problèmes de performance ou de capacité.

L’incrément dans ce modèle est un serveur complet (CPU + stockage).

Toutes les sociétés ne sont pas Google ou FaceBook (même si je leur souhaite le même succès), toutefois, dans l’univers de la virtualisation, nous sommes souvent confrontés à la même problématique.

La virtualisation a tellement simplifié la façon de provisionner les workloads qu’aujourd’hui nous avons multiplié le nombre de machines virtuelles (VMs). Beaucoup plus rapidement que les architectures physiques. Nous sommes donc confrontés à des problématiques de mise à l’échelle, et ce, beaucoup plus rapidement qu’il y a dix ans lorsque la virtualisation n’en était qu’à ses débuts.

D’où l’idée de certains player tels que Nutanix XCP (Xtrem Computing Platform), Simplivity (OmniStack 3.0), ou encore Pivot3 … de proposer cette même logique de web-scale IT pour le monde de la virtualisation et uniquement pour les VMs. D’autres on aussi embrayé le pas à ces player, et notamment Atlantis Computing qui, avant de proposer une solution de type scale-out, a développé une solution d’optimisation de stockage, (SCaleIO EMC, HP VSA, VMware EVO:RAIL, Nimboxx…).

HCIS

La plupart de ces solutions embarquent une VM sur chaque noeud (Hyperviseur+serveur+CPU+MEM+Stockage), cette VM fait office de contrôleur de stockage et embarque toute l’intelligence logicielle. On retrouve ainsi des fonctionnalités de type : compression, déduplication, tiering, réplication… Sauf pour EVO:RAIL où la gestion du stockage et des données est gérée par VSAN qui est inclus dans le Kernel de l’Hyperviseur.

Evolution & Tendance du marché de l’HyperConvergence

Lire la suite

Share This...Buffer this pageShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePin on PinterestShare on Facebook

Day 2 VMworld 2012

Par défaut

Certification

Pour ceux que ça intéresse, vous pouvez bénéficier de remise sur le passage des certifications. Saisissez le code promo sur le site PersonVue avant le 31 Décembre 2012.

Code Promo

 

Vous trouverez également de la documentation récoltée dans l’espace Certification Lounge, le document suivant synthétise la roadmap des certifications VMware: Cert_Datasheet_Flyer.pdf
Le second document est le catalogue des cours VMware disponible depuis Août 2012: CourseCatalog-Aug12-Sales.pdf

En cette fin de matinée, j’ai passé un peu de temps dans la salle Hands-on-Labs Hall 6 Lower level, la salle est vraiment impressionnante rien à envier au centre de commande de la NASA à Houston!!!

Chaque participant dispose d’un double écran, celui de droite est dédié aux instructions de l’atelier et celui de gauche par l’intermédiaire d’une session RDP est réservé aux manipulations.

36 ateliers étaient dispensés pendant ce VMworld, de quoi bien s’amuser.
Quelques chiffres du Hands on Labs de 2012:

  • Approximativement 1 VM créée ou détruite toutes les 0,45 sec.
  • Soit un total de 400 000 VMs durant les 50 heures d’atelier disponibles.


Grande nouveauté cette année, les Labs peuvent être utilisés depuis l’option BYOD (Bring Your Own Device) accessibles depuis un Ipad, son propre ordinateur, par l’intermédiaire du client VMware View. Désolé, je n’ai pas pu tester ce mode de fonctionnement.

HOL-PRT-02 – Manage VMware vSphere and EMC Unified Storage Integration

Gain hands-on experience integrating VMware vSphere with EMC Unified Storage. You will configure the VSI plug-in and Storage Viewer Component, view the Underlying Storage Details Of an EMC VNX Array and provision iSCSI and NFS Datastores From an EMC VNX Array. You will also fast Clone VMs on NFS Storage, configure advanced settings on the ESX server to enable and disable one VAAI Primitive, investigate VAAI offload for NFS storage and find new disk format opions for virtual disks.

Lab details:

Modules:

HOL-PRT-02-m1 – EMC VNX Storage Provisioning and Monitoring with VSI lug-In

How to Configure the VSI Plug-In
Provision a NFS Datastore to a single vSphere Host
Provision a NFS Datastore to a single vCenter Cluster
Extend NFS Datastore Capacity with VSI
Viewing EMC Array Details with VSI
 

HOL-PRT-02-m2 – VMware vSphere Management with EMC VSI Plug-In

How to Configure the VSI Plug-In
VSI Plug-In Details
Viewing Datastore Properties
Using VAAI with NFS on EMC VNX
Cloning with VSI
 

HOL-PRT-02-m3 – EMC VNX and Unisphere For VMware Environments

EMC VNX Virtual Network Device Configuration with Unisphere
EMC VNX File System Provisioning with Unisphere
File System Optimization for VMware
Create NFS Export with EMC Unisphere
Monitoring and Alerting with EMC Unisphere
 

HOL-PRT-02-m4 – VMware VDP Demo

See how VMware VDP, based upon EMC Avamar technology, can simplify backup and recovery.
Share This...Buffer this pageShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePin on PinterestShare on Facebook