Le SDS en infographie

Par défaut

Le SDS de A à Z   

Le logiciel est partout. Serveur, stockage ou réseau, il n’existe plus un pan de l’infrastructure qui ne soit passé par la case « software-defined », au point que l’on parle aujourd’hui de « software-defined datacenter », voire même de « software-designed everything ». Mais toutes les couches du centre de données défini par logiciel n’en sont pas au même point. Alors que la virtualisation serveur est la norme depuis maintenant des années, la virtualisation du réseau prend plus de temps à se développer, notamment en raison d’une mise en œuvre plus complexe. Entre les deux, la virtualisation du stockage, ou software-defined storage (SDS) est en pleine explosion. En 2016, seules 10 % des entreprises affirmaient n’avoir aucun projet dans ce domaine. Utilisation, avantages, fonctionnalités, freins, on vous dit tout sur le SDS en infographie:

 

Share This...Buffer this pageShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePin on PinterestShare on Facebook

Atlantis USX – Storage is Software

Par défaut

Atlantis USX – The New Order of Storage Freedom

Atlantis est une solution purement Software, elle fournit une solution de stockage par logiciel (100%), du pur SDS ! Atlantis USX Unified Software-Defined Storage est une solution intelligente de stockage définie par logiciel. Elle peut fournir instantanément des ressources de stockage pour toute application utilisant plus efficacement une infrastructure classique existante et permet de renforcer ou de faire évoluer cette infrastructures vers des solutions hyper-convergées.

En exploitant la puissance de traitement (calcul, mémoire et flash) plus rapide et moins cher, Atlantis USX élimine les inefficacités et les contraintes des solutions de stockage legacy (traditionnel) du SAN et du NAS matériel. Atlantis USX 3.1 optimise le stockage et améliore les performances pour supporter les workloads tels que les applications critiques, stockage de fichiers, VDI, SBC, et sur n’importe quel hyperviseur.

USX supporte VMware, vSphere et Citrix XenServer.

La solution Atlantis est en cela très intéressante car elle propose conjointement une couche de virtualisation, à laquelle il est possible d’ajouter de nouvelles fonctionnalités au stockage existant (VVOL), et de proposer une solution complète SDS Software-Defined Storage.

Atlantis permet de mettre en commun et de proposer une abstraction du stockage (NAS, SAN et DAS) afin de créer des volumes destinés aux applications VM, VDI… La solution offre également de nouvelles fonctionnalités comme le HA, la déduplication, la mise en cache, la compression…

Atlantis solution est aujourd’hui distribuée sous forme d’appliance virtuelle OVF. La phase d’installation et de configuration est relativement simple, elle nécessite uniquement une bonne compréhension de certains concepts de base.

Atlantis USX 3.1 GA est sortie le 16 octobre 2015.

AtlantisUSX_myvmworld

 

Atlantis Computing propose à ses clients deux approches très simples. La première permet de s’intégrer dans un environnement virtualisé et de consolider le stockage existant. La seconde permet de fournir directement sous forme d’appliance hyper convergée (HyperScale), une infrastructure complète et Full Flash. Les deux approches utilisent le même logiciel, le même moteur : Atlantis USX.

hyperscale_Myvmworld

Comment fonctionne Atlantis ?

Atlantis introduit une couche logicielle entre l’hyperviseur et les machines virtuelles afin de fournir une file d’attente optimisée permettant, grâce à une déduplication en ligne (réalisée par les appliances virtuelles) de réduire la latence des I/O, mais également de réduire la capacité de stockage nécessaire aux machines virtuelles consommant le Datastore présenté par Atlantis.

Une fois l’OVF téléchargé et déployé sur l’infrastructure virtuelle, Atlantis USX déploie de manière automatisée deux types de machine virtuelle : les Volumes VM et les Services VM. Ces deux machines virtuelles sont fondamentalement différentes car elles possèdent des rôles bien distincts.

La flexibilité et la souplesse du logiciel permet à Atlantis de pouvoir proposer plusieurs types de volume en fonction du cas d’usage.

  • Hyper-Convergé (Hybrid ou All Flash),
  • Hybrid,
  • In-Memory,
  • All Flash,
  • Simple Hybrid, Simple In-Memory, and Simple All Flash.

USX volume comparison table-Myvmworld

Volume VM

Le volume VM est une machine virtuelle (Ubuntu) entièrement autonome possédant toute l’intelligence d’Atlantis : déduplication en ligne, compression, réplication, cloning, snapshot, etc. Elle représente le cœur de la solution et permet de présenter un Datastore à l’hyperviseur.

Cette machine virtuelle, va exporter au travers du réseau, le Datastore sous deux protocoles NFS ou iSCSI.

Du point de vue des machines virtuelles, le Datastore USX est perçu comme un DataStore partagé et les lectures / écritures se font directement au travers de ce Datastore.

Atlantis_myvmworld

Architecture HCI

Service VM

Les services VM sont utilisés afin de pouvoir distribuer la couche de « back end » des volumes VM au niveau de plusieurs hyperviseurs. La donnée est donc répartie sur les différents hyperviseurs grâce au service VM, l’accès au Datastore se fera toujours au travers du Volume VM.

USX components_myvmworld

Source: https://help.atlantiscomputing.com/usx3

Pour les volumes de type Hyper-Converged (Hybrid ou All Flash), hybride, et en mémoire, Atlantis déploie aussi sur chaque hôte une VM appelée Service VM. Ces Services VM permettent d’exporter des ressources locales sous-jacente à l’hyperviseur (RAM, mémoire flash locale, DAS, JBOD, SSD) de chaque hôte et d’agréger ces ressources en un pool virtuel. Chaque service VM peut servir plusieurs volumes.

Chaque service VM peut exporter jusqu’à deux des ressources suivantes :

  • mem (RAM uniquement).
  • DISK (DAS seulement).
  • FLASH (flash local uniquement).
  • mem + disque (RAM + DAS).
  • mem + flash (Flash RAM + local).

 Deduplication In-line In-Memory

La Volume VM va procéder une déduplication en ligne sur des blocs de données fixes de 4KB (< 200 microsecondes de latence par opération IO). Avant d’écrire sur le système de fichier embarqué en mémoire (DedupFS), les données en écriture sont segmentées en block de 4KB. L’algorithme propriétaire d’Atlantis permet d’identifier si un bloc de données de 4KB est déjà présent ou non dans le système de fichier. A partir de son algorithme, Atlantis utilise un mécanisme de Hash (MD5 HASH) qui couvre un domaine de collision de 91 ExaByte par volume pour 0,0001% de probabilité. 

deduplication_myvmworld

Si celui-ci n’est pas présent, un nouvel inode est créé dans le DedupFS, la table de blocs est mise à jour, une nouvelle entrée est créé et  identifiée de façon unique, ce block (en mémoire) est copié sur le tiers de performance (SSD, PCIe Flash, RAM). Les inodes, ainsi que la table des blocs, sont copiés sur le tiers de performance, puis l’acquittement est envoyé au niveau de l’application. Si en revanche le bloc de 4KB est déjà présent dans le système de fichier, ce bloc de 4KB n’est pas copié sur le tiers de performance, il est acquitté immédiatement, après que les metadata (inode + reference count) soient mises à jour et copiées sur le tiers de performance, le tiers de performance jouera le rôle de Write Caching et de Read Buffer.

La déduplication est construite à partir d’un journal en trois dimensions :

  • 1 pour les métadonnées dedup,
  • 1 pour les blocs Rewired,
  • 1 pour le système de fichiers (DedupFS).

La déduplication est implémentée par volume, elle n’est pas globale.

x-lzma-compressed-tarLes données sont compressées à partir d’un algorithme de compression sans perte LZMA, et ensuite écrites sur le tiers de performance, la compression favorise la croissance du facteur de déduplication.

L’algorithme utilisé est propriétaire et protégé par les brevets US 8996800 B2 / US 8874877 B2 / US 8732401 B2 / US 8874851 B2 /US 8868884 B2.

 

Atlantis USX dispose d’une façon unique d’exploiter la mémoire disponible à l’intérieur des Hyperviseurs pour fournir un stockage performant et optimisé. En tirant parti des ressources de la RAM (un des composants les plus performants du serveur), Atlantis USX peut effectuer en temps réel, la déduplication Inline, la compression et l’écriture. Chacune de ces fonctions réduit la quantité de données consommée, d’accélérer les IOPS et surtout de diminuer la latence.

 

Share This...Buffer this pageShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePin on PinterestShare on Facebook

Episode I : Le logiciel englouti le monde du stockage !

Par défaut

Dossier SDS Software-Defined Storage

Retrouvez dans l’édition N°50° de l’E.D.I , un dossier complet sur le Software-Defined Storage, cette nouvelle approche du stockage qui offre une flexibilité autour du stockage et met l’accent sur celle-ci plus que sur la partie hardware.

L’objectif est bien de fournir aux équipes d’exploitation et d’administration des fonctionnalités souples de gestion par le biais de programmation, notamment les API Restful et les webservices. De ce fait, on élimine les contraintes du système physique et ainsi, optimiser l’utilisation de ce stockage grâce à une gestion basée par des règles automatisées SPBM.

3 Questions, interview EDI N°50 autour du SDS

http://www.RestApiTutorial.com – Todd Fredrich from Pearson eCollege goes over the basic principles behind REST. Learn about REST practices by visiting the six RESTful constraints and how they apply to Web services. This short presentation introduces the REST architecture constraints and provides some detail on them. http://youtu.be/llpr5924N7E

Share This...Buffer this pageShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePin on PinterestShare on Facebook

ViPR – Software Defined Storage par EMC²

Par défaut

Retrouvez mon article sur ViPR dans le monde informatique

 

EMC ViPR transforme un environnement de stockage physique hétérogène en une solution simple, extensible et ouverte, vers une plateforme de stockage virtuelle.

ViPR2

 

« ViPR, la solution de stockage pilotée par le logiciel »

Interview de Noham Medyouni, Solutions Architect Specialist chez SCC

Comment s’inscrit l’offre ViPR dans la stratégie de SCC ?

La technologie ViPR d’EMC s’inscrit dans notre stratégie Cloud autour du Software-Defined Data Center (SDDC). Il faut rappeler que l’objectif du SDDC vise à optimiser et automatiser la topologie actuelle des départements IT, c’est à dire « décloisonner » les organisations en silo qui subsistent depuis longtemps dans les sociétés et qui pénalisent l’agité et la flexibilité des entreprises, en exemple la communication entre les différents responsables des structures réseau, stockage, infrastructure, etc.. Le SDDC permet ainsi, via le logiciel, d’optimiser et automatiser le datacenter en vue  d’être autonome de manière transverse, et ce, sur les trois piliers du SDCC : la virtualisation, le stockage et le réseau. C’est précisément sur la couche stockage que la technologie ViPR intervient avec 2 objectifs, l’automatisation des opérations liée au stockage et la mise en place d’un « service » de stockage : on parle de SDS (Software Define Storage).

A qui s’adresse ViPR et décrivez nous brièvement la solution ?

Lancée il y a un an par EMC, la solution ViPR s’adresse à toutes les entreprises (de la PME aux grands comptes) qui envisagent de créer un Cloud privé ou Hybride ou souhaitant un accès à un cloud public. Techniquement, ViPR se présente sous la forme d’une appliance soit totalement logicielle soit physique (via le produit ECS) et qui va simplifier, automatiser et optimiser la gestion du stockage depuis un point de contrôle unique, et offrir un ensemble de service associés pour l’exploiter (exemple Catalogue de Service).  Cette offre est totalement agnostique, et couvrent l’ensemble des équipements de tout constructeur, via des APIs permettant la prise en charge d’environnement hétérogène.

ViPR est conçu pour supporter des applications à l’échelle du Cloud, ViPR supporte les plateformes de type Amazon S3, EMC Atmos, et les API OpenStack.

Avec ViPR, il est possible de définir aisément une politique de classes de services en fonction du type de stockage. Par exemple, si on désire de la performance, on orientera les besoins vers des technologies en full flash. En clair, ViPR transforme des environnements physiques hétérogènes en un point unique extensible et ouvert.

Quels sont les bénéfices pour les entreprises utilisatrices de la plateforme ViPR ?

Comme je le précisais précédemment, ViPR fait office de plateforme unique qui centralise la gestion du stockage quel que soit son type (objet, bloc, fichier, etc.) et indépendamment du fournisseur. Au-delà de cette optimisation, la prise en main de l’application est simple, aucune formation n’est nécessaire. D’autre part, ViPR automatise le provisionnement du stockage, ce qui permet à un administrateur stockage de gagner en réactivité (60 % à 70% du temps consacré à rechercher des espaces libres de stockage dans des milieux hétérogènes). Ce gain de temps est donc financièrement bénéfique : les administrateurs peuvent se consacrer à des tâches à valeur ajoutées. D’ailleurs, en termes de gain financier, l’entreprise, qui exploite ViPR, va adresser une meilleure gestion de ces Capex grâce à une diminution des achats types : disques, de tiroirs, baie de stockage. L’entreprise va également améliorer ses dépenses OPEX grâce à une gestion optimisé des taches « dites récurrentes/redondantes ».

Share This...Buffer this pageShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePin on PinterestShare on Facebook

Pourquoi conduire la transformation de l’IT est aujourd’hui un incontournable ?

Par défaut

Si le changement a toujours été le seul fait perdurable du secteur informatique depuis des années, le rythme de celui-ci s’est aujourd’hui accéléré. Savoir accompagner la transformation de l’IT est ainsi devenu un enjeu stratégique pour la performance de l’entreprise. men-in-black-neurolyzer

Souvenez-vous, le neuralyzer est ce petit appareil utilisé par les agents J et Q de Men in Black (MIB) pour effacer la mémoire du public mis en relation avec des extraterrestres ou témoins d’un phénomène prouvant leur existence. Partons de ce postulat, oublions tous les concepts actuels et débutons une feuille blanche.

Il est aujourd’hui révolu le temps ou les utilisateurs se contentaient d’exploiter des applications et des ressources fournies par le département informatique. Les dynamiques de marché et les récentes avancées technologiques ont en effet fondamentalement changé leurs attentes. Ils étaient auparavant de simples consommateurs et deviennent aujourd’hui de véritables consommacteurs. Les utilisateurs privés maîtrisent parfaitement les réponses qui satisferont avec justesse leurs besoins. Ils sont connectés au quotidien avec l’informatique (consultation de leurs emails, de leurs comptes bancaires, de l’actualité ou encore tweets,…).

Si à titre personnel le myvmworld_01niveau de service qui leur est proposé est de haut niveau, en entreprise, ce niveau est loin d’être à la hauteur de ce qu’ils attendent (interfaces conviviales, possibilité d’accéder à leurs applications et données partout et à tout moment, proposition de solutions innovantes pour résoudre des problématiques actuelles et ou de longues dates.).

Le Cloud est le facteur clé de croissancecroissance_cloud

De plus, grâce à leur facilité d’accès, ces technologies sont accessibles à tous. Rien de plus simple que de télécharger une application mobile ou d’ouvrir un compte utilisateur gratuit (ou à faible coût) auprès d’un fournisseur de services de Cloud Computing pour travailler plus efficacement. L’utilisateur se procure ses propres technologies, pour un usage professionnel ou privé, et devient alors consommateur de Cloud pour répondre à ses propres désirs et consomme seulement ce qu’il utilise.

silo_myvmworldLes fournisseurs externes sont ainsi devenus de véritables précurseurs et concurrents en apportant aux utilisateurs un niveau de service que les départements informatiques ne sont jamais parvenus à atteindre pour cause de leur fonctionnement en silos. Quel utilisateur serait assez patient pour attendre des jours de la part de son département informatique l’obtention d’une ou plusieurs applications de gestion de projets ? Il préfèrera les tester lui-même directement en ligne sans perdre de temps, et exploitera ainsi le Cloud public au détriment de sa DSI.

Cloud_Etude_Forrester_2011

Source: Forrester 2011

Le marché de l’informatique traditionnel décroit, on peut soit simplement regarder ce marché mourir à petit feu, soit être pro-actif par l’accompagnement de la transformation de l’IT.

Ces analyses et réflexions démontrent que l’IT doit fondamentalement être transformé en profondeur pour devenir un fournisseur de services auprès de ses différents métiers.

Lire la suite

Share This...Buffer this pageShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePin on PinterestShare on Facebook

VSI 6.x EMC² pour le client Web vSphere

Par défaut

VSI : Virtual Storage Integrator

Ce plug-in fournit par EMC permet d’offrir un accès facile à partir de l’interface du client Web vSphere 5.5 afin de provisionner des datastores en VMFS et NFS.

Le plug-in est téléchargeable à l’adresse suivante, la version 6.2 est disponible depuis le 10 Juillet 2014:

https://support.emc.com/products/34010_VSI-for-VMware-vSphere-Web-Client

VSI assure une intégration et un approvisionnement de VMware vCenter Client  pour ViPR Software Defined Storage SDS.

VSI se présente avec une interface utilisateur graphique (GUI) et le code EMC Solutions Integration Service (SIS) assure la communication et l’accès au système de stockage, et permet de réaliser les tâches suivantes:

  • Storage provisioning
  • Cloning
  •  Block deduplication
  • Compression
  • Storage mapping
  • Capacity monitoring
  • Virtual Desktop infrastructure integration

VSI est déployé comme une vApp appelé Solutions Integration Service (SIS) et nécessite une adresse IP unique. Après le déploiement, le vCenter est inscrit, inventorié dans le SIS et ensuite le SIS est inscrit dans le vCenter accessible via le client Web vSphere.

Liste des pré-requis VSI 6.2 pour VMware vSphere Web Client:

  • VMware vSphere 5.1 ou 5.5
  • VMware vCenter  5.1 ou 5.5
  • vSphere Web Client 5.1 ou 5.5
  • VMware ESXi 5.1 ou 5.5
  • EMC ViPR 1.1 ou 2.0
  • VMware Horizon View 5.3.1 et +

Ci dessous quelques étapes pour la mise en oeuvre de VSI :

Lire la suite

Share This...Buffer this pageShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePin on PinterestShare on Facebook

VMware : dessine moi un stockage distribué ! VSAN

Par défaut

VIRTUAL SAN ou VSAN

Le buzz autour du VIRTUAL SAN de VMware ( VSAN ) est chaud bouillant. Selon VMware, plus de 12.000 bêta testeurs se sont penchés sur la solution VSAN dans des environnements de pré-production ou en lab afin de mieux comprendre les performances du test ou voir comment la solution peut (ou non) être introduite dans leur stratégie de Datacenter.
 
Petite remarque, durant la phase de test (bêta) on parlait de vSAN, depuis sa date de sortie officielle le 12 mars, on parle de Virtual SAN (VSAN).
 
VMware Virtual SAN ™est un nouveau niveau de stockage défini par logiciel pour les environnements VMware vSphere. Cette solution s’inscrit dans la stratégie de VMware du SDDC, le SDS Software-defined Storage composant logique du SDDC.
 
Une nouvelle approche de stockage voit le jour en raison de l’augmentation des besoins de stockage mais aussi de sa complexité. Aujourd’hui, nous cherchons à simplifier, améliorer l’efficacité, ou encore délivrer des applications utilisant des ressources de stockage dont nous avons besoin sur le plan de la performance et de l’évolution.
Le stockage définit par logiciel est la prochaine génération de stockage qui alimentera les applications et les Datacenters pour les générations à venir. A suivre donc…
 

Et l'histoire continue...
Il y a un peu plus de 20 ans, nous disposions d’architectures de serveur / de stockage traditionnelle, c’est à dire que chaque serveur disposait de son propre stockage local. Résultat : une mauvaise utilisation des ressources, certains serveurs disposaient d’une trop grande volumétrie de stockage et d’autres pas assez.
 

A la fin des années 90, le stockage a été déporté via le réseau sur des unité dédié, le SAN et le NAS se sont démocratisés dans les entreprises (Grands comptes, PME, etc.). Ceci a permis d’améliorer le TCO, mais on a  aussi remarqué que l’acquisition de ressources de stockage faisait parti des principaux budgets d’investissement des DSI avec la croissance exponentielle des données.
 
Depuis 3 ans, nous avons vu se dessiner sur le marché du stockage, l’apparition de nouveau type de baie de stockage basé sur la technologie Flash.
 

Virtual SAN est une solution logicielle de stockage distribuée qui est implémentée directement dans l’hyperviseur. Et Non, ce n’est pas une appliance virtuelle comme la plupart des autres solutions (par exemple: VSA). 
 
Le Software-Defined Storage consiste à glisser une couche d’abstraction des ressources de stockage physique hétérogènes pour créer des pools logiques de stockage dans un environnement de données virtualisées. Le SDS via VSAN automatise le provisioning et la gestion de stockage avec une approche auto-apprentissage par VM-centric.
Software-Defined Stockage fournit un stockage qui est efficace, agile et souple.

Les cas d’usage du VSAN:

  • Virtual desktops (VDI) : modèle scale out, réduction des coûts et simplification des opérations. VSAN est compatible avec Horizon View 5.3.
  • Développement & test : cela permet d’éviter de faire l’acquisition d’un stockage. 
  • Big Data : modèle scale out avec des capacités de bande passante élevées.
  • Objectif DR: solution de Disaster recovery à moindre coût, grâce aux fonctionnalités de réplication comme vSphere Replication.
Virtual SAN a été introduit avec la version de vSphere 5.5 U1, VSAN est en version 1.0
 

Virtual SAN est disponible en 2 éditions

  • VMware Virtual SAN, coût au CPU de l’hyperviseur, tous les processeurs doivent être licenciés.
  • VMware Virtual SAN For Desktop, licencié par utilisateur concurrent (CCU), avec des packages 10/100 licences, l’offre est alignée avec celle d’Horizon View.
source : VMware Virtual SAN Customer Presentation EN.pptx
Le VSAN est composé obligatoirement de 2 types de disque pour chaque hyperviseur, les disques SSD contribueront à la performance et les disques magnétiques (HDD) seront dédiés à la capacité.  On ne peut pas utiliser uniquement des SSD ou des HDD, on doit mixer les 2 types de disques. Minimum : chaque host doit disposer d’un disque SDD et un disque HDD.
Pour la validation des disques et des contrôleurs disques, consultez la HCL VMware vsanhcl.
 
Un cluster VSAN doit contenir un minimum de 3 noeuds ESXi. VSAN ne requière pas la construction d’un RAID local.
VSAN supporte à la fois les commutateurs de type vSphere Standard Switch vSphere Distributed Switch avec des liaisons de 1GbE ou 10GbE. VMware recommande l’utilisation de vSphere Distributed Switch avec 10GbE de liaison montante afin de supporter les activités de réplication et de synchronisation.
 
Taille du Flash Cache : dans VSAN 30% de chaque dispositif flash est utilisé comme write-back buffer. VSAN utilise 70% de chaque dispositif flash comme read cache.
 
Chaque host supporte au maximum 5 groupes de disque, les groupes de disques peuvent être considérés comme un conteneur dans lequel les périphériques flash SSD / PCIe et disques magnétiques sont reliés entre eux.
 
Chaque groupe de disque peut disposer au maximum d’1 disque SSD et de 7 disques HDD. Donc par host, on peut avoir au maximum 5 disques SSD et 35 disques HDD.
VMware recommande d’utiliser au moins un ratio 1:10 de SSD:HDD.
Pour calculer et dimensionner votre infrastructure VSAN, je vous invite à consulter le blog VMware écrit par Cormac Hogan.

Comment VSAN gère une défaillance disque ou d’un hôte :

A partir de Virtual SAN, on peut définir plusieurs politique de protection au niveau des VMs. La gestion du stockage est basée sur des règles ou profils (SPBM, Storage Policy Based Management), ces règles vont répondre aux besoins de chaque VM, en terme de performance, capacité et disponibilité.  Vous l’aurez donc compris : le Stockage Policy Based Management (SPBM) joue un rôle majeur dans les politiques et l’automatisation de la stratégie de stockage. 
 

VSAN  supporte actuellement cinq règles de capacité de stockage:

SPBM

  • Number of Failures to Tolerate
  • Number of Disk Stripes per Object
  • Flash Read Cache Reservation
  • Object Space Reservation
  • Force Provisioning

 

A partir de la version 6.0 d’Horizon View, la gestion des profils de stockage (SPBM, Storage Policy Based Management) sera entièrement intégrée.
 
VSAN assure la réplication pour chaque objet créé au sein du datastore.
Une VM est un ensemble de fichier, et chaque fichier est vu comme un objet dans VSAN, par exemple le fichier .vmdk (disque virtuel de la VM). 
 VSAN va créer deux objets identiques via un replica et un témoin. Un réplica est une copie des objets de la machine virtuelle à la création de celle-ci. La capacité de la disponibilité dicte le nombre de répliques qui sera créé, ce qui permet à la VM de rester en cours d’exécution si un hôte est défaillant.
Le témoin est là, juste au cas où quelque chose arrive à votre cluster et pour vous aider à décider qui va prendre le contrôle en cas de défaillance (tie-breaker), le témoin n’est pas une copie de votre objet, le témoin contient uniquement les métadonnées. Donc chaque objet créé possède son double (un miroir) et un témoin (witness), les témoins n’occupent pas beaucoup de place ,environ 2 Mo.
 
Lors d’une panne d’un hôte, soit une défaillance hardware ou une perte de connectivité VSAN, le cluster VSAN attendra 60 minutes avant de commencer la copie des objets et des composants sur un groupe de disques d’un hôte opérationnel.
Il existe deux méthodes principales pour créer un nœud  VSAN, vous pouvez soit acheter un serveur pré-configuré qui utilise des composants architecturés pour VSAN ou construire votre propre nœud à partir de la liste des composants qui sont inclus sur la VSAN HCL de VMware.

Les chiffres clés du Cluster VSAN

source : VMware Virtual SAN Customer Presentation EN.pptx

Group Disk

source : VMware Virtual SAN Customer Presentation EN.pptx

Interopérabilité VSAN et vSphere 5.5

source : VMware Virtual SAN Customer Presentation EN.pptx

Capacité de stockage les recommandations 

source : VMware Virtual SAN Customer Presentation EN.pptx

Performance & Capacité

source : VMware Virtual SAN Customer Presentation EN.pptx

Configuring a 16 Node VMware Virtual SAN cluster with Distributed Switch

How to Supercharge your Virtual SAN Cluster (2 Million IOPS!!!)

Sizing VSAN

Depuis début août 2014, vous pouvez trouver un outil en ligne qui vous permettra de dimensionner votre environnement VSAN, il vous suffira de renseigner quelques inputs, comme par exemple : nombre de VM, nombre de de VMDK par VM, quantité de mémoire par VM, taille des HDD, nombre de VM par core,…
VSAN Sizing

VSAN Sizing

 
Share This...Buffer this pageShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePin on PinterestShare on Facebook